23/08/2012

He walks the line

François Hollande, changement de ligne

Le Point.fr - Publié le 23/08/2012 à 15:30 - Modifié le 23/08/2012 à 18:24

Depuis 2006, la silhouette du président évolue à vue d'oeil. Réalisé sans trucage.

flasque


François Hollande de mai 2006 à juillet 2012. © Sipa - Vim/Abaca - Lionel Bonaventure/AFP – Eliott

 

François Hollande a fait de sa silhouette un enjeu politique : en s'imposant une diète sévère, l'ex-dirigeant rondouillard (1) du PS voulait prouver sa détermination. Au candidat aminci (2) succéda un président affûté (3). Las, les premiers mois au pouvoir l'ont déjà conduit à changer de ligne (4)...

22:42 Publié dans La Honte | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : flasque

01/08/2012

Fiotasse

fiolhande, fiotasse, arqueboutisse

22:26 Publié dans La Honte | Lien permanent | Commentaires (0)

27/06/2012

Meme la photo normale n'est pas valide

LU DANS SUD OUEST ICI

Faudra-t-il refaire la photo officielle de François Hollande ?

Le pavoisement des drapeaux français et européens est-il conforme aux règles en la matière ? Le député UMP de Gironde Jean-Paul Garraud demande que le portrait soit refait. Décryptage avec un spécialiste

Au moins deux règles ont été enfreintes selon le spécialiste Raphaël Delpard.

Au moins deux règles ont été enfreintes selon le spécialiste Raphaël Delpard.

Mercredi, Jean-Paul Garraud, député UMP de Gironde, faisait remarquer qu'il y avait selon lui "un vrai problème" avec le portrait officiel de François Hollande, réalisé par Raymond Depardon et dévoilé lundi par l'Élysée.


"Sur le drapeau apposé sur le mur de l'Elysée, le bleu, le blanc et le rouge sont à la verticale. Si on le met droit, les couleurs sont en long : ce n'est pas le drapeau français, c'est le drapeau hollandais !". L'élu girondin, cofondateur de la droite populaire, juge que "cela opère une confusion" et demande que le portrait "soit refait", d'autant qu'il n'a pas encore été transmis aux 36 000 mairies de France.

Raphaël Delpard, auteur de "La fabuleuse histoire du drapeau français" (éditions Quai de Seine), que nous avons joint ce jeudi par téléphone; estime que Jean-Paul Garraud a "tout à fait raison".

"Tel que ce drapeau est présenté, c'est le drapeau hollandais. C'est d'autant plus surprenant que le ministère de l'Intérieur a édité une brochure pour établir les règles en la matière". Deux de ces règles sont brisées sur ce portrait selon lui :
- "le drapeau ne doit pas être posé à plat, sur un bâtiment ou le sol, mais doit flotter". Or les deux drapeaux longent le bâtiment de haut en bas.
- "le drapeau doit être attaché à son support dans le sens vertical". Or, il l'est de façon horizontale sur le portrait.

Les règles de cette brochure sont basées sur les coutumes et les usages. En effet, aucun texte législatif ou réglementaire ne fixe les règles de pavoisement du drapeau tricolore, comme l'a précisé Nicolas Sarkozy en 2007, alors qu'il était ministre de l'Intérieur.

En revanche, le pavoisement du drapeau européen est, lui, réglementé. Dans une circulaire datant du 4 mai 1963, confirmée ensuite par un décret, les ministères de la Défense et de l'Intérieur indiquent que "le pavoisement des édifices aux couleurs de l'Europe est possible [...] à condition que le drapeau européen soit placé à droite du drapeau français (donc vu à gauche de celui-ci en regardant l'édifice public)". Sur le portrait, si l'on regarde vers le bâtiment, le drapeau européen est à droite, ce qui va à l'encontre de la loi.

Il est même possible que deux autres usages de ladite brochure n'aient pas été respectés :
- Les drapeaux ne doivent pas toucher le sol. Sur le portrait ils semblent terminer leur chute sur les escaliers au pied des bâtiments. S'il est difficile de distinguer précisément les éléments à cet endroit de la photo, la visite virtuelle du parc de l'Élysée confirme que des escaliers longent le bâtiment duquel pendent les deux drapeaux.
- Si un drapeau flotte sur le toit de l'Élysée 24 heures sur 24, un deuxième doit lui être joint lorsque le chef de l'État est présent dans l'enceinte. On ne distingue pourtant qu'un seul drapeau sur le toit, mais le deuxième est peut-être caché par la tête de François Hollande ou la végétation sur la droite du cliché.

Contacté par nos soins, l'Élysée n'a pas encore réagi à ce sujet.

19/06/2012

Pendant ce temps outre manche

La situation en Angleterre

 

Publié le 2012-03-21 10:08:00 dans le Figaro.fr

Cameron va baisser les impôts des plus riches

Le budget présenté ce mercredi prévoit la baisse de la tranche supérieure de 50% à 45%.

 

Publié le 19 juin 2012 à 08:12 (Mis à jour: 13:10) dans libé.fr

Cameron prêt à «dérouler le tapis rouge» aux entreprises fuyant la France

cameron, économie, riches, taxes, impôts, entreprises, Angleterre

Le Premier ministre britannique David Cameron, le 14 juin 2012 à Londres (Photo Carl Court. AFP)

 

Le Premier ministre britannique annonce qu'il réservera le meilleur accueil aux exilés fiscaux de l'Hexagone. Michel Sapin rétorque que le «tapis rouge» à travers la Manche pourrait «prendre l'eau».

 

Le Premier ministre britannique David Cameron s’est dit prêt à «dérouler le tapis rouge» pour les entreprises fuyant l’impôt en France, ce qui a suscité l’ironie du ministre français du Travail Michel Sapin pour lequel ce tapis pourrait «prendre l’eau».

«Je ne sais pas comment on fait pour dérouler un tapis rouge au travers» de la Manche, «il risque de prendre l’eau», s’est amusé mardi Michel Sapin après les propos du chef du gouvernement britannique devant une assemblée de dirigeants d’entreprise à Los Cabos (Mexique), en marge d’un sommet du G20.

David Cameron visait le projet du président français François Hollande de relever l’imposition des contribuables les plus riches. «Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu nous déroulerons le tapis rouge, et nous accueillerons plus d’entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni», a-t-il déclaré. «Cela paiera nos services publics et nos écoles», a-t-il estimé. David Cameron avait rappelé auparavant qu’il avait au contraire abaissé l’imposition des très hauts revenus en Grande-Bretagne.

Le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, s’est pour sa part dit confiant dans le patriotisme des patrons. «Ce que je peux répondre à cette affirmation du Premier ministre britannique, c’est qu’il y a des patrons français qui sont des patriotes, il y a dans l’arsenal des mesures que nous allons prendre en faveur des entreprises, des mesures qui favoriseront l’investissement et qui inciteront les entreprises à rester en France», a-t-il déclaré sur Canal Plus.

Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent juge, quant à lui, «triste de voir la Grande-Bretagne avoir comme ambition d'être le paradis fiscal de l’Europe» après les déclarations du Premier ministre britannique se disant prêt à «dérouler le tapis rouge» à ceux qui fuiraient l’impôt en France. David Cameron «devrait avoir pour son pays une autre ambition que ça et en Europe l’avenir c’est la solidarité, pas la guerre de tous contre tous et le règne des égoïsmes», a ajouté le responsable du Front de gauche.

La présidente du Medef Laurence Parisot a de son côté déclaré qu’elle ne voulait pas voir d’entreprises françaises sur ce «tapis rouge», appelant ainsi le gouvernement français à préserver leur compétitivité. «Je veux une économie française forte, je veux une France prospère, je veux des entrepreneurs qui puissent multiplier des projets sur notre territoire, et au-delà bien sûr, mais avec comme base notre territoire», a-t-elle plaidé.

François Hollande s’est engagé durant la campagne présidentielle à porter à 75% le taux de l’imposition pour les revenus au-delà d’un million d’euros. Son équipe avait précisé que pour les contribuables concernés, cela pourrait s’accompagner de plafonds sur certains impôts directs. «Je pense que c’est un propos qui lui a échappé!», s’est exclamé Michel Sapin, interrogé sur ce point par des journalistes.

«Tensions en Europe»

Ce dernier, qui venait de rencontrer l’ensemble des partenaires sociaux, a assuré que patronat et syndicats étaient «tous d’accord pour dire que la question de la croissance, la question de l’emploi et la question du dialogue social sont des éléments indispensables pour remettre d’aplomb nos économies».

«Il existe des difficultés, il existe des tensions en Europe, les rencontres comme celles-ci sont faites pour avancer, pour faire en sorte que l’on surmonte ces tensions et qu’il y ait des solutions, des propositions», a-t-il affirmé. Selon lui, beaucoup de monde se préoccupe de la situation en Europe. «Les Européens veulent pouvoir proposer des solutions, y compris à leurs autres partenaires du G20. C’est tout ceci qui est en train de se jouer ici», a expliqué Michel Sapin.

«Les Européens n’ont besoin de personne pour s’entendre mais quand on entend le président de la plus grande économie du monde», Barack Obama, «dire que si l’on veut résoudre les problèmes du monde, il faut à la fois rééquilibrer nos budgets et porter la croissance, ça fait plutôt chaud au coeur du président de la République française qui dit cela depuis de nombreux mois», s’est-il également félicité.

«Une économie ne peut se relever que si elle fonctionne sur ses deux jambes : le sérieux budgétaire d’un côté, et la croissance et l’emploi de l’autre», a-t-il encore dit.

(AFP)

21/05/2012

L'hypoprésident

Vous n'avez pas aimé l'hyperprésident? Alors savourer votre hypoprésident. Tous les jours une connerie. La faute de protocole hier, témoignant d'un sens avéré de la médiocrité, et aujourd'hui c'est un peu comme on dit en anglais un gros "fuck" qu'il a envoyé dans la face d'Obama. So what? Il était absent, disons en retard, lors de l'intervention de Obama (1er point) sur l'afghanistan (2ème point) à propos duquel il s'est opposé à Obama sur le retrait des troupes française (bingo).

Du figaro.fr

 

Otan: en retard, Hollande rate l'intervention d'Obama 

 

Par Alain Barluet, Nicolas Barotte

 

Mis à jour le 21/05/2012 à 21:46 | publié le 21/05/2012 à 18:31

 

OTAN, obama, retard, afghanistan

Le siège vide du président français.

Crédits photo : MANDEL NGAN/AFP









 

Le président français s'est fait remarquer en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l'Otan consacrée à l'Afghanistan.

 

De nos envoyés spéciaux à Chicago

 

Dans le grand théâtre des sommets internationaux, il est des absences qui font plus jaser que bien des déclarations. Réputé pour sa propension à être en retard, François Hollande s'est fait remarquer lundi à Chicago en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l'Otan consacrée à l'Afghanistan.

Une journaliste française, Laurence Haim de Canal + et i-Télé, admise dans la salle avec le «pool» de reporters, a raconté: «Il y avait un siège vide, et un seul, pendant l'intervention du président Obama, celui de François Hollande. Il est arrivé après son discours.»

En sortant de la salle, Laurence Haim a entendu le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, déclarer: «Il faut expliquer les choses.»

Il semble que l'explication de cet impair soit un peu délicate à donner du côté français. En premier lieu, l'entourage du président a invoqué ses rencontres dans la matinée avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le président polonais, Bronislaw Komorowski, qui auraient traîné en longueur.

Les conseillers de François Hollande ont ensuite expliqué que la sécurité du président américain n'avait pas autorisé leur délégation à entrer dans la salle pendant l'intervention d'Obama, afin de ne pas la perturber.

Ils minimisent ce faux pas protocolaire en soulignant qu'il ne s'agissait pas du discours en séance plénière, auquel François Hollande a bien assisté. Cela fait tout de même beaucoup de bruit pour démentir qu'il y ait eu le moindre incident diplomatique à Chicago.

23:04 Publié dans La Honte | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : otan, obama, retard, afghanistan

19/05/2012

La Honte

du dailymail

Hollande shows up in tie at tieless G8 summit 

SATURDAY, MAY 19, 2012 - 12:56

by AFP

cravate, G8, honte

Hollande being welcomed by Obama at the G8 summit in Camp David. AFPpic

CAMP DAVID, Maryland: New French President Francois Hollande was the only foreign leader who showed up at a Group of Eight summit in Maryland wearing a tie, a fact that did not remain unnoticed by President Barack Obama.

"Francois, we said you could take off the tie," Obama noted as Hollande came walking up.

"For my press," responded the French leader.

"For your press you must look good," Obama pointed out.

The world leaders then headed to a lodge for a working dinner, where they were expected to discuss the most pressing international issues.

Later Friday, the White House released an official photo of the dinner, which showed Hollande sitting next to Obama without a tie.

11:31 Publié dans La Honte | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cravate, g8, honte